Le contact visuel chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Trouble du spectre de l'autisme (TSA) - Particularités -  Le contact visuel chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Trouble du spectre de l'autisme (TSA) - Particularités -  Le contact visuel chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA)Notre visage est conçu pour la communication. C'est par lui que nous donnons et recevons une multitude d'informations. C'est également en partie grâce à lui que nous pouvons échanger certains messages avec les gens qui nous entourent.

Le contact visuel nous aide dans ce processus de communication de plusieurs façons. Par exemple, lorsque nous regardons notre interlocuteur, par sa réaction pendant une conversation, nous pouvons en déduire le moment ou c'est à notre tour de parler ou encore d'écouter.

Chez certaines personnes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA), enfants comme adultes, des particularités au niveau du contact visuel peuvent être présentes. Mais celles-ci sont beaucoup plus complexes que le simple fait de regarder une personne dans les yeux ou non puisque le contact visuel peut être présent, mais inadéquat.

Il est également important de comprendre les raisons qui font qu'une personne autiste pourrait préférer éviter le contact visuel. Pour certaines, le fait d'en regarder une autre dans les yeux peut, entre autres choses, nuire à sa concentration. Pour d'autres, le contact visuel peut également être une expérience difficile exigeante sur le plan sensoriel.

Malheureusement, beaucoup de gens considèrent le fait d'éviter un contact visuel comme étant un comportement grossier ou antisocial. C'est pour cette raison que certaines personnes autistes adultes ont avec le temps développé certains moyens de compensation. Mais d'autres resteront incapables de regarder leur interlocuteur ou auront un regard fuyant.

Ce que dit le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) sur le contact visuel

Contrairement à la croyance populaire, un manque de contact visuel n'est pas réellement une exigence pour recevoir un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme (TSA). Ce que dit le DSM-5, c'est que la personne doit, entre autres, présenter certains déficits dans les comportements de communication non verbaux utilisés pour l'interaction sociale. Ceux-ci vont, par exemple, de la communication verbale et non verbale mal intégrée ; à des anomalies dans le contact visuel et le langage du corps ou des déficits dans la compréhension et l'utilisation de gestes : à un manque total d'expressions faciales et de communication non verbale.

Il n'est pas question ici de présence ou d'absence de contact visuel, mais plutôt de comment il se présente et comment il est utilisé.

En d'autres termes, le fait d'avoir un regard trop intense et de regarder fixement une autre personne est tout aussi important que de ne pas avoir de contact visuel du tout.

Également, il est très important de spécifier que le fait d'être capable d'utiliser le contact visuel ne signifie pas qu'une personne n'est pas autiste.

Pourquoi il peut être difficile pour certaines personnes autistes de regarder dans les yeux

Le sensoriel

Lorsque nous regardons une personne, ses yeux nous envoient beaucoup de détails - la façon dont ils se déplacent, les reflets de certaines lumières, les pupilles qui deviennent plus grosses ou plus petites, les paupières qui clignotent, les petits vaisseaux sanguins qui parcourent la sclérotique (blanc des yeux). À cela, on ajoute tous les autres détails qui viennent du visage comme les sourcils qui se relèvent, les lèvres qui bougent et révèlent les dents, etc.

C'est beaucoup d’informations à traiter en même temps pour un système qui peut être sensible à certaines surcharges sensorielles. Afin d'éviter la surcharge et de mettre fin à ce trop-plein de stimulations, certaines personnes autistes détournent tout simplement le regard.

 

La concentration

L'initiation et le maintien du contact visuel sont des tâches complexes. Comme expliqué précédemment, il y a beaucoup d'informations à traiter seulement dans l'action de regarder une personne. Lorsqu'on y ajoute les règles sociales à retenir, le langage à interpréter et le fait d'y répondre adéquatement, cela exige de la part du cerveau de fonctionner en multitâches et la capacité de porter son attention rapidement d'une chose à une autre.

Ce défi peut être très exigeant et même une lutte pour certaines personnes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme, plus particulièrement les enfants.

 

L'anxiété

Les règles qui régissent le moment où nous devons initier un contact visuel et comment faire pour que celui-ci soit approprié sont à la fois subtiles et complexes. De plus, elles sont rarement enseignées de façon explicite ou concrète.

La personne autiste qui trouverait que les nuances sociales sont difficiles à comprendre pourrait devenir anxieuse simplement à l'idée de ne pas établir ce contact visuel correctement. Pour elle, il sera alors simplement plus facile d'éviter le contact.

 

Le malaise

Certaines personnes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) ont de la difficulté à reconnaître les visages où à se souvenir d'eux; même de ceux de leurs proches. Ce trouble de la reconnaissance des visages se nomme prosopagnosie.

De plus, beaucoup de personnes, autistes ou non, ne se sentent pas à l'aise d'établir un contact visuel avec une personne étrangère ou celles qu’elles ne connaissent pas bien.

 

La peur

Certaines personnes autistes témoignent qu'elles trouvent menaçant et anxiogène de devoir regarder un visage.

L'importance du contact visuel

Le fait d'éviter le contact visuel peut parfois rendre la communication difficile et ouvrir la porte à certains malentendus.

Cependant, bien que le contact visuel est souvent un outil de communication non verbale efficace, il est loin d'être le seul. Il y a beaucoup d'autres façons d'interagir et de communiquer avec une personne sans rencontrer son regard.

Il existe également de nombreuses situations dans lesquelles éviter un contact visuel est un comportement typique et fonctionnel. Dans de nombreux pays arabes et asiatiques, le fait de regarder la personne dans les yeux est perçu comme un manque de respect et de la provocation. De même qu'il est tout à fait normal de regarder ailleurs lorsque nous réfléchissons ou essayons de résoudre un problème complexe.

Doit-on forcer le contact visuel ?

Devrions-nous insister pour qu'un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) établisse le contact visuel même s'il est inconfortable pour lui ? Ça dépend.

Le contact visuel est une façon à la fois intime et personnelle de communiquer. Forcer une personne à établir un contact visuel alors qu’elle le trouve désagréable ou douloureux serait semblable à vous demander de rester assis sur une chaise alors qu'on vous crie dans l'oreille. Le stress et la surstimulation qui en résultent peuvent sérieusement interférer avec le traitement de l'information, rendant une communication efficace plus difficile.

Avant d'exiger d'une personne qu'elle vous regarde dans les yeux, nous vous encourageons à lui demander, si possible, ce que le contact visuel signifie pour elle. Comment ce dernier l'affecte-t-elle ? Est-ce qu'il serait plus facile pour elle de seulement vous écouter ?

Dans un cas où le fait d'établir un contact visuel est vraiment trop difficile pour la personne, peut-être serait-il préférable de mettre en place d'autres moyens pour que celle-ci puisse vous signifier son intérêt.

Parfois un simple « Je vous écoute même si je ne vous regarde pas » pourrait faire l'affaire.

Conseils de pros

Afin de réduire l'anxiété ou l'inconfort relié à ce dernier, il est possible mettre en pratique certaines choses toutes simples pour aider l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) qui aurait de la difficulté à établir un contact visuel.

Nous vous invitons à lire l'article Comment aider un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) qui de la difficulté à établir un contact visuel via notre section Conseils de pros.

Sources

Communicaid, Regarder dans les yeux, acceptable dans toutes les cultures ? <https://www.communicaid.fr/blog/formation-interculturelle/sensibilite-interculturelle-regarder-une-personne-dans-les-yeux-est-il-acceptable-dans-toutes-les-cultures/>

Karen Rowan, site Live Science, Why Kids With Autism May Avoid Eye Contact <http://www.livescience.com/37167-autism-avoid-eye-contact-brain.html>

Autism Speak, Why is it so hard for someone with autism to make eye contact? <https://www.autismspeaks.org/blog/2015/07/17/why-it-so-hard-someone-autism-make-eye-contact>

Rozella Stewart, Indiana Resource Center for Autism,  Should We Insist on Eye Contact with People who have Autism Spectrum Disorders, <https://www.iidc.indiana.edu/pages/Should-We-Insist-on-Eye-Contact-with-People-who-have-Autism-Spectrum-Disorders>

 


Recherche et rédaction :
 Aube Labbé
Dernière mise à jour : 03/03/2017 5:07 PM

 

 

MERCI À NOS PARTENAIRES MAJEURS !  :