L'hypersensibilité tactile ou au toucher chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA)

L’hypersensibilité tactile ou au toucher, se retrouve particulièrement sur la tête, à l'extrémité des doigts, sur les mains, les avant-bras et le dos : d’où les difficultés fréquentes pour laver les cheveux, couper les ongles, etc.

Un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) devant composer avec une hypersensibilité tactile résistera souvent lorsqu'on essaiera de le toucher, le câliné ou l'embrassé. Il pourrait avoir de la difficulté à supporter les contacts inattendus, même légers (par exemple, une personne qui le frôle). Aussi, il pourrait avoir besoin d'un plus grand espace personnel (la fameuse bulle) et de garder une certaine distance par rapport aux autres. Dû à ce fait, certains d'entre eux éprouveront parfois certaines difficultés à l’école lorsque viendra le temps de se mettre en rang ou de former un cercle. D'autres encore, auront du mal à supporter les files d’attente ou les endroits bondés comme les couloirs et les autobus.

Toutefois, si certaines personnes autistes refusent qu’on les touche, d'autres peuvent être plus réceptifs à certaines formes de toucher. Par exemple, il pourrait être facile pour une personne de donner des câlins, mais elle pourrait détester être embrassée.

Beaucoup de personnes hypersensibles éprouvent également des difficultés à porter certains types de tissus ou de vêtements (jeans, chemises serrées, soutien-gorge, chaussettes, etc.) en raison de l'inconfort. D'autres ont de la difficulté avec le port de certaines chaussures.

Certaines tâches de l'hygiène personnellement peuvent être difficiles pour une personne présentant une hypersensibilité tactile puisqu'elle pourrait avoir du mal à tolérer le frottement de la brosse à cheveux, du peigne ou encore de la brosse à dents. Pour cette raison, certaines femmes autistes peuvent choisir de garder les cheveux courts afin de régler en partie cette problématique. D'autres le font également parce que le frottement de ces derniers sur leur cou peut être irritant.

Il est à noter que certaines rigidités alimentaires peuvent avoir pour cause l'hypersensibilité tactile puisque certaines textures pourraient être difficiles pour certaines personnes autistes.

En général, les pressions profondes et un toucher ferme sont souvent moins difficiles à tolérer pour l'enfant ou l'adulte autiste qui aurait à composer avec cette forme d'hypersensibilité.

Pistes de solution

En tout temps

 

  • Prévenez la personne avant de lui toucher

  • Réalisez la technique de brossage et de compressions articulaires (TPPP de Wilbarger)

  • Pratiquez le toucher profond. Ce dernier peut apaiser certaines personnes autistes présentant une hypersensibilité tactile. Appliquez des pressions profondes lorsque la personne est hésitante à toucher à une nouvelle texture. Faites des pressions profondes sur les épaules, mais aussi avec la partie du corps qui sera en contact avec la texture ou l'objet. Lorsque la personne réagit face à la texture, il est important de ne pas mettre trop de pression afin d'éviter que celle-ci ne devienne rigide et anxieuse. Les pressions profondes sur la partie du corps exposée à la texture permettent de diminuer l’hypersensibilité des récepteurs tactiles. L'exposition graduelle à la texture selon la tolérance de la personne, enfant ou adulte est la meilleure chose à faire pour diminuer l’hypersensibilité et amener l'enfant à tolérer certaines textures.

  • Évitez certaines textures de vêtements, voire doubler les vêtements d'une texture acceptable. Enlevez les étiquettes.

  • Évitez de toucher la personne en la frôlant (il vaut mieux un toucher franc et enveloppant).

  • Évitez les situations où l'on pourrait toucher la personne autiste par inadvertance.

  • Respectez l'espace personnel de la personne (la fameuse bulle)

  • Gardez en tête que les périodes de transition où il y a beaucoup de personnes et beaucoup de mouvements autour de la personne autiste sont des périodes très anxiogènes. Il est important de mettre en place des mécanismes pour diminuer l'achalandage autour de celle-ci. Ces moments sont anxiogènes pour elle, car d'autres personnes peuvent la toucher sans qu'elle ne puisse le prévoir ce qui peut être très agressant.

 

 

À l'école

 

  • Choisissez un stylo ou un crayon adapté.

  • Il peut être utile que l'enfant porte une veste lestée (représentant idéalement 10 % de son poids corporel). Il est important que la mise en place de cette dernière soit faite sous la surveillance d’un ergothérapeute qualifiée. L'enseignant devra rappeler à l'élève porter la veste lors de moments de stress, par exemple lors des transitions.

  • Disposez d’un plan élaboré avec un ergothérapeute pour éviter qu’on touche l'enfant par mégarde.

  • Évitez les situations où on pourrait toucher l'enfant par inadvertance.

  • Autorisez l'enfant à mâcher de la gomme, qui procure une sensation de pression profonde et qui représente une stimulation orale apaisante. S'il ne peut mâcher de la gomme, lui permettre d’autres moyens de stimulation orale comme le tube à mâcher et lui permettre d'avoir une bouteille d'eau en tout temps.

  • Choisissez un casier au bout d'une rangée ou dans un endroit plus tranquille.


Recherche et rédaction
 : 
Aube Labbé
Dernière mise à jour : 09
/03/2017 9:32 PM

 

 

MERCI À NOS PARTENAIRES MAJEURS !  :