Comment aider un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) à reconnaître ses émotions

Comment aider un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) à reconnaître ses émotions

 

La première chose à faire sera d’évaluer les connaissances de l'enfant en matière d’émotions. Pour se faire, à l’aide de photographie de votre visage, vérifiez si celui-ci reconnaît vos expressions puis passez à un visage inconnu.

Il sera important de débuter avec les émotions de base telles que la peur, la tristesse, la colère, le dégoût, la joie, la surprise.

Les premières étapes

Il est important de prendre le temps de féliciter l’enfant après chacune des étapes. Il est également possible de mettre en place certains renforçateurs.

 

 

1. Observer les différentes caractéristiques des émotions

Prenez le temps de faire le tour de chacune des émotions et de décrire les caractéristiques de chacune.

Cette étape peut être longue pour certaines personnes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Vous pourriez avoir à passer beaucoup de temps sur une seule émotion afin qu’il apprenne à la connaître et la reconnaître.

  • La peur : On peut reconnaître la peur par des sourcils relevés, des yeux écarquillés, parfois une ouverture de la bouche, un tremblement du visage, le relèvement de la partie intérieure et l’abaissement de la partie extérieure des sourcils, la pâleur du visage et la transpiration.
  • La tristesse : On peut reconnaître la tristesse par l’abaissement des coins de la bouche, un regard tourné vers le bas et l’affaissement général des traits.
  • La colère : On peut reconnaître la tristesse par le froncement des sourcils, le resserrement de la bouche, le renfrognement du visage et parfois un regard fixe.
  • Le dégoût : On peut reconnaître le dégoût par une grimace de la bouche, le rétrécissement des yeux et le plissement du nez.
  • La joie : On reconnaît la joie par les sourires et les rires ; mais aussi par les muscles zygomatiques qui relèvent le coin de nos lèvres lorsqu’on sourit ainsi que l’orbiculaire qui fait se plisser légèrement nos yeux à ce moment.
  • La surprise : La surprise n’était pas associée aux émotions de base avant les travaux du psychologue américain Paul Ekman. On reconnaît la surprise par un écarquillement des yeux, une ouverture de la bouche, un relèvement des sourcils et un plissement du font.

 

2. Nommer les émotions

C’est ici qu’on va associer l’image de l’émotion au mot de l’émotion. Pour ce faire, prenez le temps de nommer l’émotion et de poser des questions – par exemple « Qu’est-ce que c’est ? Est-ce la colère ? »

 

3. Répéter le mot relié à l’émotion

Demandez à la personne de répéter le mot relié à l’émotion. Il est important d’obtenir la prononciation du mot ou encore un début de prononciation du mot associé à l’image.

 

4. Imiter l’émotion

Imitez l’émotion avec votre visage en accentuant les traits et demandez à la personne de le faire aussi.

 

5. Reconnaître l’émotion

Demandez la personne de reconnaître une émotion X parmi d’autres émotions – par exemple, en posant la question « Montre-moi la colère. »

 

6. La contextualisation de l’émotion

Parlez avec la personne de l’émotion sans faire référence à une image. Pour un enfant, on pourrait dire « Tu te souviens lorsque tu as perdu ton doudou ?  Comment t’es-tu senti à ce moment ? »

 

7. Associer la représentation de l’émotion en photo avec certaines expressions faciales schématisées

On entend par expressions faciales schématisées, les représentations des émotions comme celles que l'on retrouve sur les pictogrammes.

Jouons avec les émotions

Il y a beaucoup d'autres façons amusantes d'aider un enfant ou un adultes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) à développer ses aptitudes émotionnelles. En voici quelques-unes.

 

  • Faire une grande affiche des émotions. Prenez un très gros morceau de papier et un marqueur, assoyez-vous avec l'enfant ou l'adulte autiste et faites une liste de toutes les émotions qui vous viennent en tête.

  • Jouer au bruit des émotions. Certains enfants autistes ou adultes dont la sévérité des caractéristiques sont plus sévères ou présentant une comorbidité de déficience intellectuelle, ne savent pas toujours comment identifier une émotion avec des mots, mais ils peuvent connaître les sons qui les accompagnent.

  • Lire des livres. L'apprentissage de la lecture et l'apprentissage des émotions peuvent être enseignés en même temps.

  • Le journal des émotions. Tenir un journal des émotions est un bon moyen pour l'enfant et l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) de garder une trace de ses émotions et les situations dans lesquelles elle les ressent.

Conclusion

Il est important de retenir que les enfants apprennent beaucoup par l'enseignement et par le jeu. Cependant, il est important de souligner qu'une grande proportion des personnes autistes, les enfants comme les adultes, absorbent également ce qui se passe autour d'eux.

De prendre le temps de verbaliser vos propres sentiments et des réactions en lien avec ceux-ci -par exemple « Je suis tellement frustré d'avoir encore des problèmes avec mon ordinateur. » ou encore « Ça me rend inquiet, parce que je ne pourrai pas terminer mon travail. » peut les aider à comprendre les subtilités qui les caractérisent.

Plus on identifiera les émotions vécues en présence de la personne, plus elle sera à même de les identifier.

Quelques lien :

 

Pour en apprendre davantage au sujet des émotions chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA), nous vous invitons à consulter les sections suivantes :

Nous vous invitons également à visiter notre section Matériel imprimable où vous pourrez vous procurer gratuitement divers outils qui pourront vous être utiles afin de travailler les émotions.

Comment aider un enfant ou un adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) à reconnaître ses émotions

.
Recherche et rédaction : Aube Labbé
Dernière mise à jour : 05/02/2017 12:59 PM

 

 

MERCI À NOS PARTENAIRES MAJEURS !  :