La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.
Fonctionnement cognitif de la personne autiste

Le fonctionnement cognitif de la personne
présentant un trouble du spectre de l'autisme (TSA)


Le fonctionnement cognitif de la personne autiste - Trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Le fonctionnement cognitif, c’est la capacité d’une personne à traiter l’information.

La cognition se réfère à l’ensemble des processus mentaux qu’utilise une personne afin d’acquérir, de stocker, de traiter et d’utiliser de l’information ou des connaissances et met en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l’apprentissage, l’intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l’attention. En d’autres mots, c’est l’ensemble des capacités mentales ou des processus qui font partie de chaque action que nous posons lorsque nous sommes éveillées. Elle est directement liée à la façon dont une personne comprendra le monde qui l’entoure et la façon dont elle y réagit.

Les capacités cognitives font référence aux compétences cérébrales dont nous avons besoin pour mener à bien toute tâche, de la plus simple à la plus complexe. Elles font référence aux mécanismes en lien avec notre façon d’apprendre, de se souvenir, de résoudre des problèmes, d’être attentif. Par exemple, répondre au téléphone implique la perception (entendre la sonnerie), la prise de décision (répondre ou non), la compétence motrice (lever le récepteur), les compétences linguistiques (parler et comprendre le langage), les compétences sociales (interpréter le ton de la voix de son interlocuteur et interagir adéquatement avec une autre personne).

Chez la plupart des individus en bonne santé, le cerveau est capable d’apprendre de nouvelles compétences dans chacun des domaines énumérés précédemment en particulier dans la petite enfance. Mais des facteurs tels que le vieillissement et la maladie peuvent affecter la fonction cognitive au fil du temps, ce qui entraîne certains problèmes par exemple, la perte de mémoire ou la difficulté à utiliser les bons mots lors d’une conversation ou à l’écrit.

La capacité cognitive chez la personne présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA)

La capacité cognitive est différente pour chaque personne autiste.

Certaines d’entre elles auront des capacités cognitives extrêmement élevées. À titre d’exemple, Temple Grandin, professeure de zootechnie et de science animale à l’Université d’État du Colorado, docteure et spécialiste de renommée internationale dans cette même discipline.

Cependant et malheureusement, beaucoup d’autres doivent lutter avec certains défis cognitifs qui n’auront souvent rien à voir avec leurs capacités intellectuelles. Par exemple, certaines personnes autistes seront incapables de traverser la rue seules parce qu’elles ne peuvent traiter toute l’information et les variables en lien avec cette activité quotidienne (vitesse des voitures, circulation provenant de directions différentes, etc.).

L’attention et la concentration chez la personne autiste

L’attention est la faculté qu’a l’esprit de se consacrer à quelque chose alors que la concentration est l’action de porter toute son attention sur une seule chose.

Encore une fois, beaucoup de personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) pourront avoir un niveau d’attention et de concentration plus élevé que d’autres, qui auront un niveau beaucoup plus bas.

Le déficit d’attention chez les enfants autistes est l’un des signes les plus courants.

Chez un enfant neurotypique, c’est-à-dire non autiste, qui suit son cours de développement normal, la capacité de concentration commence à se développer en 0-2 mois. Même pendant cette courte période, on peut observer que le bébé sourit lorsqu’on lui montre un jouet ou encore qu’il sourit à la personne qui le regarde. De plus, sa capacité à contrôler ses mouvements se développe également. S’il entend quelque chose, il peut sourire à son parent qui s’approche et commencer à montrer sa réaction avec certains mouvements.

Chez un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), il y aura certaines différences dans ce développement. Alors qu’au moment où la concentration devrait se développer, le bébé regardera un point fixe et ne réagira pas aux évènements qui l’entourent. Ce n’est qu’à la fin du deuxième mois qu’il commencera à réagir, par exemple en souriant. Cependant, vous remarquerez que sa capacité d’attention est de courte durée et que lorsque vous essayez d’attirer son attention, vous ne l’obtiendrez que si vous utilisez des objets qui l’intéressent. 

La cohérence centrale et le trouble du spectre de l’autisme (TSA)

La cohérence centrale est vaguement décrite comme la capacité de comprendre le contexte ou de « voir le tableau d’ensemble ».

En 1989, Uta Frith, psychologue du développement allemande et professeure émérite de psychologie de l’institut des neurosciences cognitives de l’University College de Londres, a proposé la théorie de la faible cohérence centrale de l’autisme. La cohérence centrale était le terme donné à la capacité d’un être humain à tirer un sens global d’une masse de détails. Une personne à forte cohérence centrale, regardant une étendue infinie d’arbres, verrait la forêt. Une personne à faible cohérence centrale ne verrait qu’un tas d’arbres individuels.

Frith croyait que d’autres théories pourraient expliquer les déficits fondamentaux des personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), mais ne pouvaient pas expliquer leurs forces étonnantes. Par exemple, certaines personnes autistes ont des compétences que l’on dit savantes — une capacité remarquable dans des domaines tels que la musique, la mémoire ou le calcul. Les personnes sur le spectre ont tendance à exceller dans la concentration sur des détails extrêmes, et sont donc capables de choisir un minuscule élément dans une masse de données ou d’objets complexes.

La notion de faible cohérence centrale pourrait expliquer à la fois les déficits et les forces. Lorsqu’une tâche exigerait qu’une personne extraie une signification globale de nombreux détails, pour avoir une vue d’ensemble, les personnes autistes seraient fortement désavantagées. Cependant, lors de la cueillette de détails parmi les masses d’informations environnantes, les personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) seraient en mesure d’exceller.

Frith, qui appelle cela un style cognitif axé sur les détails, a déclaré dans un article publié en 2006 dans le Journal of Autism and Developmental Disorders, qu’une faible cohérence centrale n’est pas seulement un échec à extraire la forme et le sens global, mais est aussi le résultat de la supériorité dans le traitement local — quelque chose qu’elle considère comme un parti pris plutôt qu’un manque.

Fonction exécutive et autisme

La fonction exécutive est un ensemble de processus mentaux qui aide les gens à relier l’expérience passée à l’action présente. Elle comprend des activités telles que la planification, la mémoire de travail et le suivi des actions.

Elle inclut également la flexibilité mentale (capacité de passer d’une tâche à l’autre), l’initiation des actions, le contrôle des impulsions et l’inhibition.

Selon certaines recherches, ont estime que 80% des personnes se situant sur le spectre de l'autisme (TSA) présenteraient des lacunes en lien avec la fonction exécutive.

Capacité intellectuelle et autisme

L’intelligence est parfois décrite comme la capacité d’acquérir et d’appliquer des connaissances (bien qu’il existe de nombreuses autres définitions).

Certaines personnes sur le spectre de l’autisme (parfois appelé à haut fonctionnement) ont une intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne. Autrement dit, ils ont un QI non verbal de 70 ou plus.

D’autres personnes sur le spectre de l’autisme (parfois appelé faible fonctionnement) ont des capacités intellectuelles significativement en dessous de la moyenne. Autrement dit, ils ont un QI non verbal de 70 ou moins. Ils peuvent aussi être non verbaux ou avoir un discours très limité. Ce dernier groupe est parfois décrit comme ayant une déficience intellectuelle.

L’autisme à haut fonctionnement et le syndrome d’Asperger seraient la même chose (on en discute toujours). La plupart des recherches n’ont pas démontré assez de différences pour justifier qu’il soit un diagnostic distinct. Cependant, certains chercheurs croient que l’autisme à haut fonctionnement et le syndrome d’Asperger sont différents et doivent être séparés au moment du diagnostic.

Les termes autisme de haut niveau de fonctionnement et de faible niveau de fonctionnement autisme sont également débattus. Certaines personnes disent qu’ils ne sont pas utiles ou qu’ils sont insultants. Par exemple, certaines personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme classé comme ayant un faible niveau de fonctionnement peuvent être très intelligentes et peuvent fonctionner très bien avec le bon type de soutien. Par contre, certaines personnes dites de haut niveau de fonctionnement peuvent faire face à des difficultés considérables qui sont négligées justement parce qu’elles semblent plus autonomes.

Mémoire et autisme

La mémoire est la capacité mentale ou la faculté de retenir et de ranimer des faits, des événements, des impressions, etc., ou de rappeler ou de reconnaître des expériences antérieures

Certaines personnes sur le spectre autistique ont une capacité remarquable à se souvenir de certaines informations ou certains événements. Par exemple, réciter des horaires entiers de train ou des itinéraires de bus de mémoire.

Cependant, certaines auront plus de difficultés et pourraient, par exemple, trouver qu’il est très difficile de se rappeler des noms ou des visages.

Théorie de l'esprit

La Théorie de l’esprit (ToM) est décrite comme l’attribution d’états mentaux (pensées, croyances, désirs, intentions et émotions) à soi-même ou à d’autres, pour donner un sens et prédire des actions ; la composante cognitive de l’empathie.

Certains chercheurs croient que les personnes autistes ont des difficultés avec la théorie de l’esprit, c’est-à-dire qu’ils luttent pour comprendre ce que les autres pensent.

Cependant, certaines personnes autistes croient que la théorie de l’esprit est une rue à double sens et que les non-autistes luttent pour comprendre comment les gens autistes pensent.

Les deux groupes estiment que les difficultés avec la théorie de l’esprit peuvent causer d’autres difficultés, comme les problèmes de communication avec d’autres personnes.

Problématiques et défis

Les gens sur le spectre de l’autisme font face à de nombreux problèmes, y compris certains problèmes et certains défis, sur une base quotidienne.

Par exemple, ils peuvent avoir du mal à communiquer avec d’autres personnes ou à socialiser avec eux. Et ils peuvent avoir des conditions supplémentaires, comme l’épilepsie ou des problèmes gastro-intestinaux, qui apportent leurs propres problèmes.

Ou ils peuvent simplement se sentir frustrés d’essayer de faire face à l’ignorance d’autres personnes et les préjugés au sujet de l’autisme et ce qu’il signifie réellement.

Les parents et les soignants des personnes autistes font également face à beaucoup de problèmes, et quelques problèmes, sur une base de jour en jour.

Par exemple, beaucoup d’entre eux deviennent inquiets et épuisés en soignant une personne autiste. Et ils sont confrontés à la frustration d’essayer de trouver des informations précises sur les interventions qui fonctionnent. Ou d’essayer de faire face au manque de services adéquats.

Il est donc important que les personnes autistes et leurs soignants puissent trouver des interventions - traitements, thérapies et services - qui vous aideront.

Sources


 

Frith, U., 1989. Autism: Explaining the Enigma. Blackwell, Oxford. (dernier accès avril 2021)

Happe, F., & Frith, U. (2006) The weak coherence account: Detail-focused cognitive style in autism spectrum disorders. Journal of Autism and Developmental Disorders, 36(1), 5-25. (dernier accès avril 2021)

Concentration définition, Wikipedia (dernière consultation 26 mars 2021), <https://fr.wikipedia.org/wiki/Concentration> (dernier accès avril 2021)

Attention définition, Wikipédia (dernière consultation le 26 mars 2021), <https://fr.wikipedia.org/wiki/Attention> (dernier accès avril 2021)

AQNP, Les fonctions cognitives, (dernière consultation le 26 mars 2021), <https://aqnp.ca/la-neuropsychologie/les-fonctions-cognitives/> (dernier accès avril 2021)

 

Recherche et rédaction
Stéphanie Aube Labbé

Dernière mise à jour
2021-04-06

Trouble du spectre de l'autisme TSA - Le fonctionnement cognitif de la personne autiste

Info-éclair
Le saviez-vous?

En travaillant la notion d'imprévu, il vous sera parallèlement possible d’enseigner à votre enfant à trouver des moyens pour gérer ses émotions et se calmer.